Les matières du futur

Les matières du futur

Les matières du futur

Matières durables ou non durables ? 

Il existe un grand nombre de matières à l'origine de nos vêtements et accessoires. Celles-ci peuvent être qualifiées ou non de durable. 

Pour s'assurer qu'une matière est durable, il est important de se renseigner sur les les effets et répercussions de sa production. La production de certaines matières peut engendrer des conséquences nocives sur l'homme, les animaux et l'environnement. 

Une matière ne peut donc pas être qualifiée de durable si :

  • cela entraîne l’utilisation de pesticides
  • s'il faut sacrifier des animaux
  • des ressources peu ou non renouvelables sont utilisées
  • le textile est nocif pour l'homme
  • cela pollue les sols

     

     Plusieurs solutions 

     

     Des réponses déjà existantes 

                         

     

    Pour pallier l’utilisation de ces textiles et préserver notre belle planète, il faudrait utiliser davantage de matières favorables à une production plus responsable, mais lesquelles ?

    Vous connaissez sûrement le coton biologique, le lin ou encore le chanvre, qui sont des matières produites dites responsables, et qui sont donc à privilégier lors dans notre consommation. 

     

     Des alternatives innovantes ! 

                    

    Dans cet article, Tina vous propose encore de nouvelles alternatives, en vous parlant de cuirs et de fibres, mais pas n'importe lesquels. Pour toujours plus d’éthique, on vous présente des matières innovantes mais peu connues, et tout aussi élégantes que responsables !

     Les alternatives au cuir 



    Aujou
    rd’hui il est possible de sauver la peau de nos animaux en optant pour des matières dites "alternatives" au cuir, qui peuvent être végétale ou pas. Celles-ci se regroupent en différentes catégories : les matières plastiques, les matières recyclées, le cuir reconditioné ou bien les matières végétales crées à partir de déchets de fruits, de champignons ou de bactéries par exemple. 

    Jetons un coup d'oeil à cette dernière catégorie ! 


     Le cuir d’ananas 

    Le cuir d’ananas, aussi appelé le piñatex, est créé à partir de fibres cellulaires d’ananas. Pour obtenir ces fibres, il faut passer par un processus de décortication, ainsi de longues fibres sont extraites des feuilles d’ananas. Les fibres obtenues sont ensuite lavées, séchées, puis transformées en textile. Utilisé depuis longtemps aux Philippines, ce matériau permet de remplacer le cuir animal en obtenant une matière toute aussi jolie, mais en plus responsable !


     Le cuir de champignon 

    Grâce à sa très forte croissance naturelle, le cuir de champignon, nécessite de peu de moyens pour être produit. Pour le fabriquer, il faut faire pousser le mycélium (racine des champignons), dans du substrat à base de déchets organiques. Contenu dans un moule, cette matière fongique se densifie alors en un réseau de fibres. Ensuite, le produit est séché puis passé au four pour tuer tous les organismes.

    À titre comparatif, le champignon ne prend que quelques semaines à se développer, tandis que le cuir animal devra attendre que l'animal soit âgé de quelques années pour être crée. De plus, le cuir de champignon, nécessite de peu d’eau pour se développer, alors que de son côté l’animal aura besoin d’être nourri et hydraté pendant quelques années pour se développer. 


    Et ce n’est pas tout ! Le cuir de champignon est aussi très hygiénique car il permet d'éviter la prolifération de bactéries grâce à son imperméabilité, de plus, il peut prendre n’importe quelle taille, contrairement à certains cuirs d’origine animale.

     

    D’ailleurs chez Tina on en a plein des produits en matières végétales, surtout chez Tanha avec ses sacs 100% vegan faits en piñatex :

        


      

     

     Les fibres 

    Parlons maintenant des fibres qui vous feront vibrer !


     La fibre de lait 

    Oui vous avez bien lu, il est possible de créer du tissu à partir de lait. Pour créer cette fibre artificielle, on utilise du lait non consommable dit de récupération. On en extrait une fibre, et tout ça dans un procédé complètement naturel, nommé l’extrusion. De plus, pour la production d’un kilo de fibre de lait, on utilisera seulement 2 litres d’eau, contre 10 000 litres d’eau pour le coton.

    On obtient ainsi un tissu aussi résistant que de la laine, et qui se travaille comme de la soie, en étant tout aussi doux.


     La fibre de lotus 

    Vous ne la connaissez peut-être pas, mais cette fibre luxueuse est très rare et convoitée par de nombreux grands couturiers, et on vous explique pourquoi !

    Originaire d’Asie, la fleur de lotus incarne dans la culture asiatique à la fois, un symbole sacré, l’éveil spirituel dans la religion bouddhiste, mais également un symbole de prestige, dû à son utilisation d’autrefois réservée aux moines bouddhistes de haut rang.

    Mais revenons-en à la fibre en elle-même !

    La fibre de lotus est contenue dans la tige de sa fleur, cette tige est composée de microfibres étant par la suite transformées en fils par des artisans, grâce à un savoir-faire unique presque tombé dans l’oubli.

    Le tissu obtenu est d’une excellente qualité, dû à sa finesse et son élégance. Souvent comparé au lin pour sa douceur au toucher, ce tissu possède des propriétés exceptionnelles ; il est imperméable, pratiquement infroissable, et aéré.

    Enfin, la grande richesse de ce tissu, est également d’être un des tissus les plus écologiques au monde.


     La fibre d’orange 

    Dans la catégorie agrumes pouvant être transformés en textile, voici l’orange !

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est bel et bien possible de produire du tissu à partir de ce merveilleux agrume, à travers un processus apparu récemment !

    Tout commence en 2014, lorsque deux italiennes, Adriana Santanocito et Enrica Arena, ont monté leur entreprise Orange Fiber, dans le but de donner une seconde vie aux agrumes devenus des déchets, et ainsi pallier l’impact environnemental négatif que cela engendrait.

    Le tissu est crée à partir de la cellulose, extraite de la pulpe de l’agrume, via un dispositif de pressage. Ensuite vient un procédé chimique, permettant de polymériser cette cellulose, afin de la transformer en un fil, qui sera tissé par la suite.

    Enfin on obtient un tissu doux comme de la soie, léger, et aussi facile à teindre et à y ajouter des imprimés que les tissus traditionnels.


    Et pour preuve, même les grands créateurs craquent pour elle !

    Ce textile innovant a même conquis les grandes maisons de couture, comme Salvatore Ferragamo qui en 2017 a été le premier dans sa catégorie à tester ce nouveau tissu, à travers une collection capsule à succès “Ferragamo Orange Fiber Collection”, proposant des pièces en tout genre aussi tendances que responsables. 


    Et ce n’est pas le seul à avoir craqué pour l’orange fiber, chez Kitu aussi on adore ce textile :

          

     

    En matière de textiles écologiques et innovants, il y en a tant d'autres à citer, comme la fibre d’algues, de noix de coco, de banane, la feuille d'ananas etc...

    Si vous souhaitez plus d'articles à ce sujet, n'hésitez pas à nous contacter !